AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre impromptue [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre
Guerrier
Guerrier
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 27/12/2011

MessageSujet: Rencontre impromptue [LIBRE]   Dim 8 Jan - 20:29



Sur un sentier dans une forêt inconnue située en Grèce, un groupe d'hommes à l'odeur douteuse marchaient bruyamment en ricanant, leurs épées imbibées de sang séché. L'un d'eux, à la voix braillarde, s'adressait à ses congénères :


« ...Et après il gigotait encore en me suppliant de laisser sa femme et son fils. Quel imbécile celui-là ! »
« Ouais ! Ah, il fallait voir sa tête quand tu as tranché celle de son fils et qu'on s'est amusé avec sa femme, héhéhé ! »
« Il était pitoyable, même après qu'on lui ait planté nos lames dans son corps de mollusque hahahahaa ! Tiens ? Qu'est-ce que nous avons, là ? » demanda l'un des hommes en mettant sa main en visière.

Aux branches qui craquaient, venait s'ajouter le pas tranquille d'un cheval. Une voix douce et légèrement grave s'émanait de cette direction, accompagnée du hennissement de satisfaction de l'étalon noir qui secouait la tête et jouait avec son mors. Un cavalier encapuchonné de noir était monté dessus, une besace balançant sur son côté droit. Il s'avançait en direction des trois hommes qui ricanaient de plus belle en le voyant arriver à leur hauteur. Il n'esquissa pas le moindre regard vers eux, et s'apprêtait à les dépasser d'un air paisible, quand l'un des hommes leva la main.


« Halte-là, mon joli ! Tu ne croyais tout de même pas pouvoir passer ton chemin comme ça, pas vrai ? » l'interpella-t-il.

Du cavalier, on ne voyait que sa bouche aux lèvres fines qui esquissa un sourire amusé. Retenant les rênes de son cheval qui souffla d'exaspération, il rétorqua :


« Hé bien...il se trouve que si, je vais pouvoir passer, car je comptais trouver une auberge. Vous n'auriez pas vu un village à proximité, où nous pourrions nous reposer, moi et mon cheval ? »

« Quoi ? Oh si, si ! On en a vu un y a pas longtemps, mon gars ! » se moqua l'homme.
« Ah, c'est heureux. Auriez-vous l'obligeance de m'indiquer la route s'il vous plait ? » continua poliment le cavalier.
« J'sais pas. Pt'être bien que le village est à feu et à sang maint'nant ! Pt'être bien qu'on y est pour que'que chose ! »

Sans se laisser démonter le moins du monde, le cavalier poursuivit :

« C'est regrettable pour les pauvres innocents que vous avez sans doute assassiné. J'espère au moins que l'auberge et l'écurie sont intactes... »

« J'crois pas non, mon gars. Mais si t'as des sous pour nous, pt'être qu'on t'laissera la vie sauve ! » ajouta l'homme en sortant son épée hors de son fourreau.

Cet acte ne fit qu'arracher un petit rire au cavalier qui hocha la tête de gauche à droite.


« Je n'ai de crainte ni pour mon argent et encore moins pour ma vie. Si j'étais vous, je dégagerais le passage au plus vite. Pour l'instant je ne suis nullement énervée, mais cela pourrait changer si vous persistez à être aussi insistants...Je serai obligée de...sévir, quelque peu, je le crains...Alors laissez-moi passer, je vous prie. »

Les hommes se regardèrent et s'esclaffèrent bruyamment. On ne voyait pas le regard du cavalier, mais il leva les yeux au ciel et poussa un soupir d'exaspération en dégainant l'une de ses longues dagues. Il leva une jambe fine et pâle et sauta à bas de son cheval qui s'écarta et s'en alla brouter de l'herbe sur le côté. Le cavalier s'arrêta à un mètre des barbares et fit tournoyer sa lame devant eux, avant de la maintenir immobile, le tranchant bien au milieu de ce qui devait être ses yeux. À côté des hommes face à lui, il semblait relativement petit, avoisinant le mètre soixante, tout au plus.

« Oh, mais c'est qu'il veut se battre, le p'tit coq de combat ! » ricana l'homme en s'avançant en direction du cavalier.

Il esquissa un pas en avant en poussant un bref hurlement, mais le petit homme en capuchon demeura stoïque, ne bougeant pas d'un pouce face à l'affront simulé. Le barbare se recula et éclata de rire en s'adressant à ses comparses.


« Il est petiot, mais il a du cran, dites donc ! Mais ça m'étonnerait qu'il puisse faire le poids face à l'un d'entre nous. Laharos, à toi l'honneur. On va t'faire chanter comme un rossignol, mon mignon, héhéhéhéhéhé... »

Le dénommé Laharos s'approcha du cavalier, sortit son épée et se jeta sur lui en poussant un cri de guerre. Le cavalier esquiva sans problème le premier assaut, et fit un croc-en-jambe à Laharos qui, déséquilibré, s'effondra sur le sol, sa tête cognant contre une racine. Bucéphale, l'étalon noir du cavalier qui avait tout vu de la scène, poussa un hennissement moqueur, avant de se concentrer de nouveau sur son herbe. Le cavalier eût un petit rire.

« Quelqu'un d'autre veut-il se frotter à moi ? Chacun son tour, ne vous bousculez pas..vous pourriez vous blesser, et ce serait tellement dommage que vous soyez plus amochés que vous ne l'êtes déjà... » dit-il, le sourire aux lèvres.

Les deux autres se ruèrent sur le cavalier dans un tintement de métal, et l'une des épées rencontra la cape du cavalier, l'enlevant à son propriétaire. Ou à sa propriétaire, puisqu'il s'agissait d'une femme. Face à la surprise des deux brutes, la jeune femme en profita pour faire une percée dans leurs défenses, mais ils reprirent vite leur vigueur et Laharos se releva, repartant à l'assaut de la jeune femme. Elle manqua de peu de se faire décapiter, et elle profita de l'instant où elle dût se pencher en arrière pour éviter les épées, pour sortir sa seconde dague. D'un moulinet élégant et rapide, elle trancha la gorge du lourdaud qui s'était adressée à elle, et exécuta une roulade de côté, de façon à se retrouver derrière son compagnon, lequel, en se retournant pour lui faire face, se retrouva avec quatre doigts en moins. De douleur, il s'agenouilla en se tenant sa main ensanglantée, et hurlait de toutes ses forces. La jeune femme se battait avec une grande élégance, aussi furtive qu'une guêpe et aussi agile qu'un félin. Au loin, elle entendit des pas de course, auxquels elle ne prêta pas attention. Laharos tenta de lui faucher les jambes de sa lame, mais la jeune femme fit un salto arrière, ses pieds venant percuter le menton du barbare et le faisant reculer de quelques mètres, légèrement sonné. Elle se rua dans sa direction et lui donna un coup de pied au derrière qui le fit tomber à genoux, et, prenant appui sur son dos, fit sauta par-dessus pour atterrir sur l'homme à qui elle avait tranché les doigts et lui enfoncer ses deux lames dans le corps. Enfin, elle fit tournoyer ses lames et les planta dans le torse de Laharos, qui dans un dernier soupir, sombra à terre, aussi mort que l'étaient ses compagnons de route. La guerrière ferma les yeux pour adresser une prière à Hadès, lui demandant de prendre soin à sa façon des âmes damnées qu'elle lui envoyait. Les pas se rapprochèrent. La jeune femme, ses deux longues dagues toujours en main, redressa la tête pour regarder celle qui s'avançait vers elle. Elle braqua ses yeux d'or sur elle, encore pétillants par l'excitation du combat qu'elle venait de livrer. Elle siffla deux fois, et après un hennissement sonore, l'énorme étalon noir qu'elle montait trottina vers elle, posant sa tête sur son épaule en soufflant bruyamment.

Revenir en haut Aller en bas
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
Viastrofyria
Succube
Succube
avatar

Messages : 582
Date d'inscription : 04/02/2012

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue [LIBRE]   Jeu 15 Mar - 3:41

Viastrofyria arpentait les routes et les villages en suivant la piste de Xena et de Gabrielle, les deux humaines qui avaient contrarié les plans des dieux à de nombreuses reprises et dont les exploits étaient arrivés jusqu'à ses oreilles. Elle était curieuse et voulait en savoir plus mais les deux jeunes femmes étaient toujours en mouvement et il n'était pas facile de leur mettre la main dessus. A chaque fois que la succube arrivait sur les lieux de leurs exploits, la princesse guerrière et la barde qui l'accompagnait étaient déjà loin.
Cette fois-ci, les choses furent quelque peu différentes car Viastrofyria avait gagné du terrain et d'après ce qu'elle en savait, elle touchait presque au but. Encore eut-il fallut arriver à temps pour en avoir le coeur net mais pour le moins, la succube avait croisé quelques malandrins qui venaient de piller un village et cela n'était pas forcément bon signe. En effet, si Xena et Gabrielle étaient telles qu'on les lui avait décrites ; il semblait peu probable qu'elles eut laissé une telle chose arriver sans réagir. Pour autant, tout espoir de les retrouver n'était pas perdu car un tel acte pouvait tout à fait attirer les deux combattantes et ainsi lui permettre de les rencontrer.
A dire vrai, Visatrofyria n'avait pas encore la moindre idée de ce qu'elle pourrait leur dire ; en revanche, elle était persuadée qu'une telle rencontre serait utile et qu'elle pourrait en tirer un profit pour ses propres projets. Si ces femmes pouvaient contrer les dieux, elles ne pouvaient que lui être utile.
Cela avait donc été pour savoir ce qu'il en était que la succube avait décidé de questionner quelques unes des brutes armées qui sévissaient dans les environs : elle voulait leur demander si ils avaient déjà croisé Xena ou Gabrielle et si oui, si elles étaient parties. Elle en avait trouvé une poignée et les avaient effectivement questionné. Comme de bien entendu, ils avaient ris en la voyant sous son déguisement d'humaine et elle avait du faire usage de la force. Le monstre n'avait même pas eu à reprendre sa véritable apparence et les avait taillé en pièces ; à l'exception d'un seul, que Viastrofyria comptait bien interroger. Le seul défaut dans ce plan était que le survivant avait fui le combat dès le début et avait eu le temps d'enfourcher sa monture.
Viastrofyria s'était lancée aux trousse de sa proie mais rattraper le cheval n'avait pas été chose facile. Le monstre avait dû s'élancer au travers des champs et forêts pour tracer une ligne droite pour effectuer un trajet plus court que celui de la route sinueuse. Chemin faisant, le fuyard s'était retourné et l'avait vu la véritable apparence de sa poursuivante ; sa course n'en était devenue que plus rapide.
Au moment ou Viastrofyria allait le rattraper, le pillard entra en ligne de vue d'un petit groupe d'humains, composé de trois de ses pairs et d'une jeune femme. La succube put apercevoir du coin de l'oeil le combat mené par la jeune inconnue et elle se demanda s'il pouvait s'agir de l'une des deux femmes qu'elle cherchait. Quoiqu'il en fut, elle ne pouvait laisser sa proie atteindre la combattante sans prendre le risque d'éventer son secret. En effet, l'homme ne manquerait pas de parler pour obtenir de l'aide et cela, Viastrofyria ne pouvait se le permettre. Ni Xena ni Gabrielle ne devaient savoir qui elle était réellement.
Reprenant une apparence humaine avant d'être plus visible de la jeune femme, la succube ramassa une pierre et plissa les yeux pour mieux voir sa cible avant de s'essayer à un lancer. Le projectile partit en droite ligne vers le cavalier et lui enfonça le crâne comme si un caillou avait été lancé sur un oeuf. Le pillard chuta de sa monture, à quelques mètres du combat qui venait de prendre fin. Viastrofyria se demanda si la jeune femme avait eu le temps de voir quelque chose puis elle s'avança à sa rencontre, le plus calmement du monde.
La succube arbora un large sourire accueillant et s'exprima d'une voix claire et enjouée.


Bonjour, jeune combattante ; j'ai l'impression que c'est un beau combat qui vient de se dérouler ici.

Etait-elle l'une de celle qu'elle recherchait ? Elle n'allait pas tarder à le savoir mais dans le doute, une femme capable de tuer trois hommes armés devait valoir le détour et elle n'aurait pas perdu son temps.


Dernière édition par Viastrofyria le Lun 10 Déc - 18:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
Gabrielle
Admin
Admin
avatar

Messages : 3660
Date d'inscription : 21/09/2009
Age : 49
Localisation : Toujours à parcourir le monde
Emploi/loisirs : Avec mon amie de voyage Gabrielle/Donner des coups de poings dans la figure de Joxer.
Humeur : Cela dépend de toi

MessageSujet: Re: Rencontre impromptue [LIBRE]   Sam 15 Sep - 14:22

Encore une fois Gabrielle se retrouvait seule, Xéna multipliant ses devoirs avait du s'absenter après avoir reçu une missive très importante lui demandant son aide laissant Gabrielle derrière elle dans ce genre de cas en lui conseillant de rester tranquille durant son absence, lui laissant couverture et quelques victuailles. Bien évidemment comme à son habitude Gabrielle ne voulant en aucun cas désobéir à la guerrière mais au lieu de rester sur place sans rien faire attendant que la guerrière remplisse sa mission la jeune femme décida de continuer le chemin dans la direction quelles s'étaient établi, sachant très bien que Xéna la rattrapera à un moment ou un autre grâce a son cheval Argos. Elle salua Xéna, tourna les talons avec un sourire aux lèvres elle partie en avant tout tranquillement avec son bâton à la main reçu par une chef amazone qui ne le quittait plus.

La première nuit seule en terre inconnue sans sa grande guerrière à ses cotés ne fut pas de tout repos certes, les bruits de la nuit n'était pas les mêmes lorsqu'il fait jour donc elle ne put vraiment dormir d'un sommeil profond. Elle veilla presque toute la nuit gardant un œil ouvert, de plus, de peur que un feu puisse alerter qui que ce soit d'indésirable elle n'en alluma pas. La nuit était noire et l'air était froid, la jeune femme non contente d'avoir une couverture s'emmitoufla dedans comme un papillon dans son cocon.

Le jour se mit à pointer son nez, Gabrielle engourdit par la fraicheur de la nuit, la mauvaise position pour se reposer ainsi que de son manque de sommeil eut une impression étrange de cette journée qui normalement devrait se passer sans surprise. Mais parfois il suffit de tellement peut de chose lors d'un croisement de chemin qu'une journée ne ressemblait à aucune autre.
Un peu courbaturée Gabrielle se leva, plia la couverture, but une petite gorgée de sa gourde, se mouilla le visage qui pour but la réveilla complètement, empaqueta tout cela sur son dos avec des lanières et bien sur sans oublier son bâton repris la route d'un pas tranquille.

Elle traversa une clairière, abasourdie par cette magnifique végétation elle vit en contrebas un petit étang regardant de toute part elle ne vit personne, elle s'agenouilla et se mit à se laver e refaire le plein de sa gourde puis elle reprit son chemin, devant elle se tenait une forêt dense avec un sentier bien prononcer, prenant son courage à deux mains elle s'y engagea, en restant aux aguets de tout bruit étrange. Elle avait raison de tendre l'oreille et d'être attentive car elle entendit des bruits glacial d'épée s’entrechoquant
*il y a de la bagarre dans l'air* se dit elle. Ne voulant pas y participer elle se faufila derrière des buissons regardant la bagarre au loin.
En se rapprochant elle vit un ou une cavalière se battre avec trois misérables hommes ayant une odeur nauséabonde
*brrr ces hommes ne sont ils pas capables de se laver de temps en temps !* toujours en restant a distance quand elle vit le cavalier descendre de sa monture elle vit de longue jambe fine et pâle elle comprit à cette instant que le cavalier était en faite une cavalière. Toujours cachée observant la scène elle rit de la façon de se battre de cette étrange femme à capuche, tout en se battant celle-ci prenait du plaisir a jouer avec ses combattants *tout comme Xéna*.

Son œil fut attirée par une lumière légèrement mauve et ne vit qu'un de ses malheureux eut le crâne défoncé par un simple caillou *mais qui donc pouvait avoir autant de force pour faire cela?*.
La bataille fut fini les hommes étaient tous mort elle vit la cavalière faire des prières au Dieux Hadès afin que celui-ci les accueillent dans son royaume, Gabrielle voulut sortir de sa cachette mais se retenue en voyant une autre personne se diriger vers la combattante.
Cette nouvelle venue sortant de nulle part s'adressa à la jeune combattante en lui disant

- Bonjour, jeune combattante ; j'ai l'impression que c'est un beau combat qui vient de se dérouler ici.

Gabrielle sortant enfin de sa cachette se rapprocha d'elles les regardant avec un peu de méfiance s'adressa à elles avec une voix timide mais clair.

- Bonjour ! je m'appelle Gabrielle et vous ? Magnifique combat il est vrai votre façon de vous battre me fait pensée à une amie. A qui ai je l'honneur ? leur dit elle avec un grand sourire
Revenir en haut Aller en bas
http://xena-univers.forums-actifs.net
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre impromptue [LIBRE]   

Revenir en haut Aller en bas
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
 

Rencontre impromptue [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Xena Univers :: Section Rôle Play de L'Univers de Xena et Gabrielle :: Europe :: Grèce Antique :: Chemin - Forêt-