AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la cohue du marché [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mara
Marchand Ambulant
Marchand Ambulant
avatar

Messages : 5
Date d'inscription : 31/10/2009
Age : 25
Humeur : Dépendra sûrement de la météo

MessageSujet: Dans la cohue du marché [libre]   Dim 1 Nov - 12:53

Ah ! Les villes romaines ! Leurs villas majestueuses et vastes, aux murs recouverts des plus belles mosaïques. Les ghettos, miteux, resserrés, et pourtant grouillant de vie. Les thermes, les édifices religieux. Jamais Mara, malgré tous ses voyages, n'avait vu de lieu mieux construit. À ses yeux, l'endroit le plus important, vital : le marché, plus communément appelé -pour une raison qui lui échappe- le forum. Que serait-une ville sans son marché ? Pas d'odeur, pas de crie, pas de curieux, pas de vendeurs. Une ville morte. Un humain sans cœur. Comme pour soutenir cette image, dans toutes les villes de ce genre où elle était passée, il était au centre de la ville, carrefour des grandes routes semblables aux veines, les habitants en étaient le sang. Tous les marchands, tous ceux qui venaient donner spectacle -jongleurs, cracheurs de feu, illusionnistes - et tous les autres en était l'oxygène.

Mara était arrivée la veille au soir. Elle ne savait pas dans laquelle de ces villes elle se trouvait exactement. Cela n'avait, au fond, pas grande importance. Elle avait passé la nuit dans une quelconque auberge, à la nourriture douteuse et aux prix exorbitants. À présent, c'est en tenant la conversation avec son cheval qu'elle se dirigeait vers le forum. Le yearling arabe, plus petit que ses congénères, semblait écouté la conversation avec attention. Parfois, il acquiesçait d'un hennissement rauque. Ils avançaient ainsi, les uns à la suite des autres -Mara précédant Mahoud, Mahoud précédant la charrette- parmi la foule grandissante du matin. Des gens de toutes sortes, de toutes les origines, allant eux aussi, pour la plupart vers ce cœur. Il est vrai qu'elle avait un peu traîné ce matin. Le soleil était plus haut que d'habitude, et elle ne pouvait espérer faire partie de ces premiers chanceux pouvant choisir avec soin et tactique leur emplacement.

Elle se cala entre un vendeur de légume et un autre de bijoux. Elle étendit le tapis rouge sans motif qui lui servait d'étalage. Puis dessus, étala à droite quelques pots d'épices très recherchées dans ces contrés pluvieuses. À gauche, quelques bijoux, colliers et bracelets, miroirs. Et au centre, elle, derrière deux coffres côte à côte. Ils contenaient ses objets les plus précieux, trésors qu'elle réservait à ceux qui sauraient y mettre le prix.

Les affaires commencèrent lentement. Elle se fit quelques pièces d'or en vendant des épices à un fin goûteur, quelques bracelets à une demoiselle coquette, une fausse couronne à un idiot qui devait se croire roi, et passons le reste, cela serait bien trop long à énumérer.

"Combien ?"

"Comment ?" demanda-t-elle sortant dans un sursaut dissimulé de ses rêveries.

"Combien pour le miroir ?" répéta l'inconnu d'un ton totalement neutre.

Elle l'examina rapidement, légèrement, histoire de décider du prix. Toge propre, bourse à la ceinture, apparemment bien remplie, la vingtaine, assez beau visage. Sûrement un cadeau pour une aimée.

"Ce miroir là ? Il est magique mon ami. Sa valeur... Je dirais indéfinissable. " Elle marqua une courte pause. "Dix pièces. "

Il lui lança de la manière la plus hautaine qui soit la somme demandée et se servit. Sans même tenter de négocier le prix ? Elle soupira. Mahoud hennit, un son qu'elle crut semblable à un rire. Elle se retourna et dit au fier destrier d'arrêter. Si elle avait su, elle lui en aurait demander 15 pièces. Un prix excessif, mais ce n'était pas cela qui semblait déranger son acheteur.

Un nouveau soupir, la journée s'annonçait bien calme.
Revenir en haut Aller en bas
http://sylvelarme.unblog.fr/
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
Amaterasu
Déesse du bien
Déesse du bien
avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 29/12/2009

MessageSujet: Re: Dans la cohue du marché [libre]   Mer 30 Déc - 10:05

Amaterasu, comme souvent, avait délaissé le royaume des Cieux, pourtant merveilleux, pour celui des humains, plus vivant, plus coloré, ignorant l'immortalité les humains savaient exprimer dans leur courte vie plus d'Art et de Beauté que bien des Dieux qui se contentaient de rester allongés à déguster des mets fins et à boire du vin encore plus fin. Mais qu'importe le vin quand on ignore l'ivresse?
Les humains avec leur vie si courte en profitaient plus que les Dieux qui ont pourtant vu la création du monde.
Voila pourquoi Amaterasu les trouvaient si fascinants, si étonnants, si attirants.
Et pour avoir essayé les hommes mortels mettaient au lit une énergie que les Divins immortels en connaissaient qu'en rêve, eux qui ne sont qu'indolence et calme.
Elle se promenait ce jour là dans une petite ville romaine, sur un marché regorgeant de couleurs et de cris, de rires et de cris, d'odeurs diverses et entêtantes.
Elle s'arrêta un instant devant un étal bleu proposant des miroirs ouvragés et en acheta un, puis acheta plus loin sur un tapis vert un ruban de la même couleur qui saurait mettre en valeur son teint et ses yeux sombres, puis elle s'arrêta devant le petit tapis rouge de Mara.
Non qu'elle ai remarque qu'elle chose qui l'intéressait, mais... Elle avait entendu le cheval rire et la jeune fille lui répondre, chose rare s'il en est, peu d'humains de nos jours prêtent une telle attentions aux animaux.

"Bonjour commerçante"

Elle inclina la tête poliment envers Mara puis envers son cheval avec un léger clin d'œil.
Ses longs cheveux noirs étaient attachés en un chignon complexe qui tenait par deux baguettes de jade finement ouvragées, le ruban qu'elle venait d'acheter elle l'avait accroché à l'une d'elle et il flottait dans le vent à coté de son visage fin.
Un léger sourire aimable et poli se dessinait sur ses lèvres et son corps, petit et gracile était orné d'un kimono de soie où se dessinait un magnifique dragon vert.
Son obi (la ceinture du kimono) dessinait des flammes rouge dorées.
Bref tout dans son apparence laissait entendre qu'elle était riche, voire très riche, cela dit, rien de plus facile quand on est Déesse que d'avoir de la monnaie mortelle. L'or fond divinement bien près du Soleil....
Elle fit mine d'examiner les objets posés au sol avec intérêt en attendant la réponse de la commerçante.
Revenir en haut Aller en bas
Pour la santé du forum, un clique par jour sur chaque CHAKRAM !
 

Dans la cohue du marché [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Xena Univers :: Section Rôle Play de L'Univers de Xena et Gabrielle :: Europe :: Empire Romain :: Les Marchés-